Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Il était une fois Perseneige

Roi du matin, Reine du jour

21 Juillet 2016, 15:10pm

Publié par Perseneige

Roi du matin, Reine du jour

Roi du matin, Reine du jour

1991

de

Ian McDonald

Editeur : Folio

Collection : Folio SF

Résumé :

Emily Desmond, Jessica Caldwell, Enye MacColl, trois générations de femmes irlandaises, folles pour certains, sorcières pour d'autres. La première fréquente les fées du bois de Bridestone tandis que son père, astronome, essaie de communiquer avec des extraterrestres qu'il imagine embarqués sur une comète. La deuxième, jeune Dublinoise mythomane, se réfugie dans ses mensonges parce que la vérité est sans doute trop dure à supporter. Quant à Enye MacColl, katana à la main, elle mène un combat secret contre des monstres venus d'on ne sait où. Avec ce roman de fantasy raffiné et érudit, Ian McDonald revisite la mythologie celte avec talent. Roi du Matin, Reine du Jour a d'ailleurs reçu de nombreuses récompenses : prix Philip K. Dick, prix Imaginales et Grand Prix de l'Imaginaire.

Mon avis :

J'avais acheté ce livre, comme (presque) toujours, à cause de sa couverture. Une forme ectoplasmique en robe de mariée... Forcément, j'ai craqué.

Je suis entrée dans ce roman enchantée, en effet, il débute par un poème d'Emily Desmond parlant de son amant fantasmé. La première partie de ce roman est centrée sur ce personnage, celle qui est l'élément déclencheur. Fille d'un père scientifique, et d'une mère poétesse, elle est élevée dans un pensionnat de jeune fille en Irlande.

Mais, lors de l'année de ses 15 ans, Emily voit des fées. Mais pas de petites fées Clochettes, non de terribles fées, comme on peut les voir dans certaines légendes. Des fées tentatrices, malsaines.

Ces passages sont excellemment bien écris, je trouve, les images mentales que l'on peut se faire sont saisissantes. Cette partie sur Emily est celle qui m'a le plus intéressée, parce qu'elle est écrite sous forme de journal intime, et de lettres, ce qui nous permet d'être le personnage. Et quels instants intenses que ceux vécus par cette jeune enfant de 15 ans. De plus, si vous aimez la psychanalyse, vous allez être servis.

Alors par contre, je n'ai pas compris ce que les extraterrestres faisaient là... Oui, vous avez bien lu. Le père d'Emily découvre une forme de vaisseau dans l'espace. Je vous avoue que j'ai sauté ces pages, je déteste tout ce qui attrait de près ou de loin à l'espace, ça ne m'intéresse pas du tout.

Je ne peux vous parler des autres parties, au risque de vous spoiler. Tout ce que je peux vous dire, c'est que le lien avec la première n'est pas clair au départ, puis cela devient évident.

L'univers proposé par Ian McDonald est fascinant, parce que c'est un univers à la fois imaginaire et scientifique. Il a sa propre théorie pour expliquer le surnaturel, qui se défend plutôt bien, je trouve. C'est ce que je retiens de son récit, et sa réflexion est vraiment intéressante. Pour lui, le monde des mythes a été forgé par les femmes (créatures spirituelles), tout au long des siècles, et ce monde se superpose au notre. Mais pour le voir, il faut, bien évidemment, posséder le don de seconde vue (don bien connu pour tous ceux qui lisent de la fantasy). Je ne développe pas plus, car je pense qu'il est plus intéressant de lire les propres mots de l'auteur sur sa théorie.

Je peux comparer ce livre à la Saga des sorcière Mayfair d'Anne Rice, parce que nous suivons des femmes à différentes époques, qui sont hantées par quelque chose de surnaturel. C'est notamment pour ça que cette lecture m'a plu, parce que j'ai aimé retrouver ce schéma. Mais, selon moi, dans Roi du matin, Reine du jour, les parties vont trop vite, les personnages ne sont pas assez complets, décris. Mais si vous êtes à la recherche d'un livre qui vous mette mal à l'aise, tout en vous faisant réfléchir, et avec ce qu'il faut de surnaturel, il est fée (fait, pardon j'ai tenté un jeu de mot...) pour vous.

Commenter cet article