Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Il était une fois Perseneige

Le parfum

27 Juillet 2016, 18:41pm

Publié par Perseneige

Le parfum

Le Parfum

1985

de

Patrick Suskïnd

Editeur : Le livre de Poche

 

 

 

 

Résumé :

 

Le bâtard qui voit le jour dans le quartier le plus nauséabond de Paris s'appellera Grenouille, étrange nom guttural dont Gaillard (sa nourrice) et Grimal (le tanneur qui l'emploie à des tâches répugnantes) se font les échos, comme si la marginalité appelait forcément la marginalité. C'est donc dans la fange parisienne du XVIIIe que Grenouille, né sans parents ni amour, sans racines ni odeur, mène une vie de nomadisme olfactif, volant les odeurs, les imaginant, les recréant pour les infuser au monde entier. Sans distinction hiérarchique, il se pénètre de la moindre senteur, tout d'abord frénétiquement, puis avec méthode, pour finalement se livrer à un projet démiurgique et vampirique. Dans ce voyage jusqu'aux confins de l'imagination à la fois poétique et morbide, Süskind nous entraîne sans repos à la suite de son héros monstrueux, véritable buvard des essences dont l'ultime expérience revêt presque un caractère généreux et mystique.

 

 

Mon avis :

 

Le Parfum est le roman que vous aviez choisi que je lise en lecture suivie. La vidéo vous montre mes réactions, et réflexions tout au long de cette lecture, c'est pour ça que l'article va vous paraître court. J'ai peur de trop me répéter entre ce que vous pourrez lire, et ce que vous pourrez voir.

J'avais, et ce depuis longtemps, envie de découvrir ce classique, qui n'en est pas vraiment un. Je m'explique, Le Parfum est un roman du Xxème siècle, parlant du XVIIIème, écrit à la manière du XIXème.

Je connaissais le résumé de l'intrigue, et m'étais fait une idée très précise de celle-ci. Bien entendu, j'ai été surprise, parfois même, déçue, mais ce roman est unique en son genre. En effet, dès le début l'auteur nous plonge dans un univers olfactif, et c'était la première fois que je lisais quelque chose de cet ordre, le lecteur n'est pas orienté par la vue, mais par l'odorat, et j'ai trouvé ça génial.

Mais ce qui marque le plus dans cet ouvrage, c'est son meurtrier, Jean-Baptiste Grenouille. Grenouille est un personnage complexe, qui m'a fait osciller entre répulsion et fascination. C'est un génie diabolique, empreint d'une âme d'artiste, je rêverais de pouvoir sentir une de ses créations ( sauf celles faites à partir de cadavres, on est d'accord...). Le travail de l'auteur autour de ce terrible protagoniste est saisissant, il arrive par de petites touches à nous faire comprendre que ce jeune homme, n'appartient pas au monde des Hommes, il n'est pas un humain 'normal'.

Et c'est ça, moi, qui m'a touchée chez lui (oui je sais, je dois arrêter de prendre en pitié les exclus littéraires, mais que voulez-vous, quand petite on était amoureuse de Quasimodo dans le Bossu de Notre Dame, c'est difficile de ne pas chercher à voir au-delà de l'apparence).

Grenouille n'est pas adapté aux autres, et les autres ne font rien pour s'adapter à Grenouille. Sa propre mère est prête à le laisser mourir sous un étalage de poissons ! Il est une malédiction, qui sème la mort partout où elle passe.

J'ai vraiment aimé les deux premières parties, notamment le passage où Grenouille découvre le métier de parfumeur. Ensuite, j'ai trouvé que le récit perdait du souffle, et la fin m'a laissée perplexe, j'ai trouvé que c'était de trop.

Je suis très heureuse d'avoir découvert ce classique, grâce à vous, et surtout j'ai aimé partager mes impressions tout au long de ma lecture.

 

Commenter cet article

Chloé 23/11/2016 22:43

Pour le coup je n'ai pas vu le film >< mais j'ai lu ce roman et je pense qu'il faudrait que je le relise à nouveau pour bien me le remettre en mémoire. Mais l'idée est vraiment originale et la fin assez... déroutante !