Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Il était une fois Perseneige

Figaro divorce

1 Mai 2016, 13:05pm

Publié par Perseneige

Figaro divorce

Figaro divorce

de

Ödön von Horvath

(1937)

Editeur : L'Arche

Collection : Scène ouverte

 

 

Résumé :

 

Figaro divorce commence quelque temps après le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Je me suis autorisé néanmoins à situer l'action à notre époque, car les problèmes de la Révolution et de l'émigration sont primo : intemporels, et secundo : particulièrement actuels à notre époque. La révolution dont parle cette comédie n'est donc pas celle de 1789, la grande Révolution française, mais... simplement toute révolution, car tout bouleversement par la force trouve un dénominateur commun dans ce que nous respectons ou méprisons dans notre relation à la notion d'humanité. Dans le Mariage de Figaro, la Révolution toute proche jette ses éclairs précurseurs ; dans Figaro divorce, il n'y aura probablement pas d'éclairs, car l'humanité ne s'accompagne pas d'orages, elle n'est qu'une faible lumière dans les ténèbres. Espérons tout de même qu'aucune tempête, quelle que soit sa violence, ne pourra l'éteindre.

 

Mon avis :

 

Comme je vous le disais à propos de Bacchantes, ce livre fait parti du programme théâtre de mes élèves de terminales, avec également Le Barbier de Séville et le Mariage de Figaro de Beaumarchais. J'avais beaucoup aimé les pièces de Beaumarchais, qui parlent avec justesse de la l'injustice du à la naissance.

Ici, on retrouve Figaro, Suzanne, le Comte et la Comtesse quelques années après le mariage. Ils sont obligés de fuir la France à cause la Révolution. Une idée commence à naître dans l'esprit de Figaro :

Pourquoi ne pas en profiter pour devenir son propre maître ?

Pour se faire, il va reprendre son activité de barbier en quittant le Comte et la Comtesse, tout en amenant son épouse Suzanne.

Ce texte est très touchant, on y découvre un Figaro découvrant ce que c'est d'être son propre maître, que la liberté à un prix, que les responsabilités nous transforment. On voit la déchirure puis la cassure entre Suzanne et son époux qu'elle ne reconnaît plus. C'est une pièce qui parle avec justesse de propos d'actualité, et je suis heureuse de retrouver des personnages aussi emblématiques que ceux-là en proie à des interrogations nouvelles.

Commenter cet article