Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Il était une fois Perseneige

Entre ciel et terre

22 Février 2016, 18:15pm

Publié par Perseneige

Entre ciel et terre
Entre ciel et terre

Entre ciel et terre

de

Jón Kalman Stefánsson

2010

Editeur : Gallimard

Collection : Du monde entier

 

Résumé :

 

Certains mots sont probablement aptes à changer le monde, ils ont le pouvoir de nous consoler et de sécher nos larmes. Certains mots sont des balles de fusil, d'autres des notes de violon. Certains sont capables de faire fondre la glace qui nous enserre le cour et il est même possible de les dépêcher comme des cohortes de sauveteurs quand les jours sont contraires et que nous ne sommes peut-être ni vivants ni morts. Parfois les mots font que l'on meurt de froid. Cela arrive à Bárður, pêcheur à la morue parti en mer sans sa vareuse. Trop occupé à retenir les vers du Paradis perdu, du grand poète anglais Milton, il n'a pensé ni aux préparatifs de son équipage ni à se protéger du mauvais temps. Quand, de retour sur la terre ferme, ses camarades sortent du bateau le cadavre gelé de Bárður, son meilleur ami, qui n'est pas parvenu à le sauver, entame un périlleux voyage à travers l'île pour rendre à son propriétaire, un vieux capitaine devenu aveugle, ce livre dans lequel Bárður s'était fatalement plongé, et pour avoir s'il a encore la force et l'envie de continuer à vivre. Par la grâce d'une narration où chaque mot est à sa place, nous accompagnons dans son voyage initiatique un jeune pêcheur islandais qui pleure son meilleur ami : sa douleur devient la nôtre, puis son espoir aussi. Entre ciel et terre, d'une force hypnotique, nous offre une de ces lectures trop rares dont on ne sort pas indemne. Une révélation.

 

Mon avis :

 

J'avais commencé ma lecture en janvier, et étant tombée amoureuse de la plume de l'auteur, j'ai fait durer ce plaisir jusqu'à fin février, autrement dit jusqu'à la fin du Challenge Cold Winter.

C'est une écriture tout à fait atypique, et merveilleusement poétique. L'auteur nous plonge dans le froid de l'Islande, dans une époque lointaine qui pourtant pourrait être la nôtre. La terre d'Islande est ici un personnage à part entière, décidant du sort des pêcheurs, de la vie de son peuple. Le froid est ici un être meurtrier qui pourtant fait naître toute la poésie.

On parle dans ce roman de fraternité, d'amour, de solitude, d'abandon, de deuil, de courage, du pouvoir des mots... Et encore bien d'autres thèmes qui peuvent à tous nous parler.

L'écriture est lente, elle lie harmonieusement dialogues, descriptions, et lyrisme. J'ai aimé cette plume, ce détachement qui pourtant rendait les personnages encore plus concrets.

Le personnage ayant bien évidemment retenu le plus mon attention est « le gamin », seule personne à ne pas avoir de prénom, il est le protagoniste de cette histoire. Il perd dès le début du roman son ami Bárður, et décide de rapporter son exemplaire du Paradis perdu en ville. Là-haut, il va se rendre compte de sa maladresse face au monde extérieur, il va se sentir tout à fait hors du monde, à mi-chemin entre la vie et la mort. Pourtant, il cache en lui toute cette sensibilité exacerbée qui le rend si unique.

Je ne sais que dire de plus sur ce roman... Il est souvent difficile de parler d'un coup de cœur car cela fait appel à notre propre sensibilité, à notre vécu. Je peux simplement vous dire que si vous aimez la poésie, les paysages de neige, les personnages esseulés, ce roman est fait pour vous.

Je lirai avec plaisir la Tristesse des Anges, du même auteur, qui est a priori le second tome.

Entre ciel et terre

Commenter cet article